Notre histoire

Notre histoire commence à Kolwezi le 2 février 1922.

L’Entreprise Générale Malta Forrest (EGMF) est le fil rouge de cette histoire longue de plus de 97 ans. En 1922, Malta Forrest, le père de George A. Forrest, crée cette entreprise appelée à devenir une référence en Afrique centrale. D’origine néo-zélandaise, à l’issue d’un périple en solitaire qui le mène de son pays natal à Kolwezi à l’âge de 16 ans, il se lance d’abord dans le domaine du transport. Petit à petit, remarqué par l’Union Minière du Haut-Katanga (UMHK), EGMF se voit confier des activités minières en sous-traitance dans les concessions de Kolwezi. Parallèlement, l’Entreprise développe les travaux publics et de génie civil. De 1922 à 1950, EGMF devient une entreprise prospère, reconnue et respectée au sein du tissu économique congolais.

Engagement social

Malta Forrest entretient d’excellentes relations tant avec les communautés belges, italiennes, libanaises et grecques, présentes en large nombre dans le Katanga de l’époque, qu’avec les Congolais eux-mêmes. Cette proximité et ce respect pour la population congolaise le conduisent, avec le soutien de son épouse Rachel Forrest, à développer divers projets au bénéfice de ses employés, de leurs familles et de la population locale dans son ensemble. Cet engagement est un second fil rouge dans l’histoire du Groupe Forrest International. On le retrouve aujourd’hui à travers la Fondation Rachel Forrest [LINK], qui gère et coordonne des projets au bénéfice des populations locales dans des domaines variés tels que l’enseignement, la santé, les infrastructures, le sport, la culture ou encore l’agriculture.

En 1974, suite au décès de leur père, George A. Forrest et son frère Victor reprennent les rênes de l’entreprise. Ensemble, dans les domaines de la construction et des travaux publics, ils confirment la confiance qu’accordent à l’entreprise les différents bailleurs, tant privés que publics. De 1950 à 1986, ce sont des centaines de kilomètres de voiries, des infrastructures routières, des bâtiments ou encore des aérodromes que réalise EGMF.

Exploitation minière

En 1986, au décès de son frère Victor, George A. Forrest reprend seul la direction de l’entreprise. Outre de nouveaux projets dans les BTP, George A. Forrest fait le pari de la diversification. Ainsi, il réinscrit son entreprise dans le secteur minier. George A. Forrest est le premier investisseur privé à proposer aux autorités zaïroises et à la Gécamines de relancer l’activité minière, alors en état de faillite virtuelle, sous une nouvelle forme. Au monopole public, George A. Forrest présente l’alternative de partenariats mixtes, associant la Gécamines à des capitaux privés.

Cimenterie

À la diversification de l’entreprise vers le secteur minier s’en ajoute une seconde dans le domaine du ciment. En 1992, George A. Forrest entre au sein de la CIZA en qualité d’actionnaire. La production annuelle de ciment s’élève alors à 80.000 tonnes par an. En quelques années de gestion saine de la CIZA, devenue Cimenterie de Lukala (CILU) en 1997, la production passe à près de 430.000 tonnes de ciment par an, le prix du sac de ciment à la sortie de l’usine est quant à lui largement réduit. Petit à petit, la CILU s’impose sur le marché du ciment congolais en assumant plus de 70% de la production annuelle nationale. En 2010, le Groupe Heidelbergcement (3ème Groupe cimentier mondial) rachète 55% des parts de la CILU et en devient ainsi l’actionnaire majoritaire. En juin 2015, le Groupe Forrest International cède ses actions restantes au Groupe allemand et quitte ainsi le management de la CILU.

Les années 90

A la fin des années 90, alors que le pays est ravagé par la guerre, rares sont les investisseurs étrangers enclins à investir dans le pays. Ils sont en fait très peu nombreux. Le Groupe Forrest International prend la décision de rester et de continuer à investir comme il l’avait toujours fait. Cela est dû à plusieurs facteurs parmi lesquels, en tête, l’attachement de la famille Forrest au Congo. Car, au fil des décennies et des naissances, à l’image de Malta Forrest qui ne retourna jamais en Nouvelle-Zélande, la famille Forrest s’est établie au Katanga et y vit aujourd’hui encore.

Terril de Lubumbashi

En 1997, un projet de 165 millions de dollars est initié par le Groupe Forrest International en partenariat avec la Gécamines et la société américaine OMG : la Société pour le Traitement du Terril de Lubumbashi (STL). Le projet consiste à traiter, par voie pyro-métallurgique, un tiers du volume du terril de Lubumbashi. Grâce à une technologie de pointe, STL traite ces scories et produit un alliage contenant du cobalt et du cuivre. La capacité de production est de plus de 5.000 tonnes de cobalt par an et 3.000 tonnes de cuivre. En 2018, le Groupe Forrest International et la Gécamines concluent un accord à l’amiable prévoyant notamment le transfert de la propriété de l’usine à la Gécamines et le paiement, par celle-ci, d’une indemnité compensatoire en faveur de GTL (Groupement du Terril de Lubumbashi), dont le Groupe est désormais l’unique actionnaire.

Diversification des activités

A la consolidation de ses métiers traditionnels, le Groupe poursuit une diversification, à la fois sectorielle et géographique. Dans le domaine de l’aviation, le Groupe Forrest International, en partenariat avec Brussels Airlines, lance une compagnie d’aviation régionale, Korongo, basée à Lubumbashi. Celle-ci opère en Afrique, respectant néanmoins les critères de sécurité d’application au sein de l’Union européenne et émises par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI). En 2015, Korongo arrête ses activités.

Dans le domaine de la santé, le Groupe est l’unique actionnaire du CMC (Centre Médical de la Communauté), une structure hospitalière de qualité, basée à Lubumbashi, qui détient et gère des dispensaires à Kolwezi, Kalemie et Likasi. De 2016 à 2019, le CMC a bénéficié d’un Plan de Développement majeur soutenu par le Groupe Forrest, la Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) et la Bank Of Africa. L’objectif est de créer une maternité, un service de néonatalogie, une unité d’hospitalisation de quarante-deux lits, un centre d’urgences et développer les services existants : radiologie, imagerie et cardiologie. Aujourd’hui, le CMC est un centre de référence, où la médecine est pratiquée selon les standards internationaux.

Dans le domaine agroalimentaire, le Groupe a racheté, avec l’investisseur belge Aldo Vastapane, les Grands Élevages de Katongola (Grelka). Grelka compte à ce jour plus de 35.000 têtes de bétail réparties sur deux ranchs d’une superficie totale de 450.000 hectares.

Malta D. Forrest prend la direction du Groupe

En 2011, George A. Forrest confie la direction du Groupe a son fils aîné, Malta David Forrest. Ce dernier, diplômé de l’École Polytechnique de l’Université Libre de Bruxelles, continue et renforce la politique de diversification du Groupe, notamment dans le domaine de l’électricité.

En 2017, le Groupe, au travers de sa société Congo Energy, construit à Manono la plus grande centrale solaire 100% off-grid de la région. Le projet prévoit aussi le placement des réseaux MT souterrains, des cabines de distribution, des réseaux BT, des éclairages publics et raccordements. Toujours via Congo Energy, le Groupe Forrest International participe au projet FRIPT qui comprend la réhabilitation d’infrastructures des barrages de Nzilo et Inga 2 et le renforcement du transport en courant continu et alternatif entre Inga et Kolwezi. Le développement d’infrastructures dans le domaine de l’énergie et de l’électricité est une priorité du Groupe en République Démocratique du Congo. Des projets dans ces domaines devraient voir le jour au cours des années à venir.

Le Groupe a également développé des activités en dehors de la République Démocratique du Congo. C’est le cas au Kenya où le Groupe a acquis une expertise particulière dans le domaine de la pose de câbles à fibre optique et dans le secteur de l’énergie durable. Le Groupe Forrest International a participé, comme sous-traitant, à la construction de parcs éoliens, notamment le plus grand d’Afrique : le parc éolien du Turkana au Kenya.

Une identité familiale

Depuis toujours, l’identité familiale du Groupe Forrest International est un gage de sa stabilité. Aujourd’hui, tous les enfants de George A. Forrest travaillent au sein du Groupe ou dans les sociétés détenues à titre privée par la famille. Malta David est Vice-Président Exécutif et CEO du Groupe depuis 2011, George Andrew est Directeur Exécutif et responsable de la trésorerie, Mike Igor est COO du Pôle Industrie du Groupe. Il gère notamment la production des ateliers mécaniques, métalliques, électriques et de fonderie. Quant à Rowena Forrest, la cadette, elle est en charge du design et de la communication pour la cristallerie du Val Saint-Lambert, une entreprise belge récemment acquise à titre privé par George A. Forrest.